Les arts martiaux japonais
April 15, 2021 Share

Les arts martiaux japonais

Les arts martiaux tiennent une place importante dans la culture japonaise. Très bien exportés à travers le monde, ces arts martiaux se rapportent à trois termes : budô, la “voie de la guerre”, bujutsu, “techniques de la guerre”, et bugei, “art martial”.

Les anciennes écoles d’arts martiaux, où étudiaient et enseignaient les fameux samouraïs, étaient nommées Koryû. De nos jours, il existe deux catégories d’arts martiaux : Koryu Bujutsu (arts martiaux de l’école ancienne) et Gendai Budo (arts martiaux modernes).


Le Ju-Jitsu

Le ju-jitsu, ou jūjutsu ou encore jiu-jitsu, littéralement : « art de la souplesse » ), regroupe des techniques de combat qui furent développées par les samouraïs durant l’époque d’Edo. Elles enseignaient aux samouraïs et aux bushis à se défendre lorsque ceux-ci étaient désarmés lors d’un duel ou sur le champ de bataille.

Yōshin-ryū est l’une des plus anciennes écoles traditionnelles du Japon, ou koryū, à avoir enseigné le jūjutsu pendant l’ère Edo.

Ces techniques sont parfois classées en cinq catégories principales :

  • atemi-waza ; « techniques de frappe »
  • nage-waza : « techniques de projection »
  • ne-waza : « techniques au sol »
  • kansetsu-waza : « techniques arthralgique »
  • shime-waza : « techniques d’étranglement »

Le Judo

Signifiant la voie de la souplesse, le judô est une discipline inspirée du Jiu-Jitsu et est développé par son père fondateur Jigoro Kano en 1882. Le combat s’effectue la plupart du temps au sol afin de contrôler et de projeter l’adversaire. Même si des pratiques intenses sont enregistrées durant les entraînements, il faut noter que le judo fait également travailler le mental.


Le Karaté

Le karaté (ou karaté-dô, la voie de la main vide) est né dans l’archipel tropical d’Okinawa, aujourd’hui préfecture du Japon mais autrefois royaume indépendant des Ryûkyû, à forte influence chinoise (le karaté aurait pour origine le temple Shaolin). Le karaté est un habile mélange de techniques offensives et défensives qui requièrent plusieurs parties du corps (mains, pieds, etc.)


L’Aikido

Créé par Morihei Ueshiba vers les années 20, l’aikidô est une discipline mélangeant différentes techniques issues de plusieurs arts martiaux japonais. L’objectif étant de canaliser la force de l’adversaire afin de pouvoir la tourner contre lui. Il se base également sur les règles de la nature ainsi que sur différentes principes permettant de rendre meilleur un individu. A noter qu’il n’existe pas de tournois d’aikido puisque cet art ne sert pas à atteindre la perfection des techniques mais à développer toute une façon de vivre.


Le Sumo

Le plus traditionnel des arts martiaux japonais, le sumo est de plus en plus prisé par les lutteurs professionnels étrangers. Cet art est un mélange des rituels religieux et des combats entre adversaires, ayant permis de créer sa notoriété. En effet, le sumo tire ses origines plusieurs siècles auparavant lorsque les Japonais imploraient leurs dieux pour obtenir de bonne récolte. Jusqu’à ce jour, la pratique de ce sport national ces rites ont été conservés, aussi bien avant qu’après chaque tournoi.


Le Kendo

Tiré également de la culture Samouraï, le kendô est un art martial utilisant un sabre de bambou et une armure permettant de mettre en valeur des techniques apprises tout au long de séances intenses. Ce budo est le résultat de la transformation de l’art de tuer ses adversaires en l’apprentissage des techniques et de l’esprit.


Le Kyudo

Le kyûdô, la voie de l’arc, est une forme de tir à l’arc japonais, influencé par le zen, le Confucianisme, mais aussi le taoïsme et shintoïsme. Le pratiquant est à la recherche du mouvement parfait : atteindre la cible avec sa flèche est la preuve d’un équilibre entre un corps et un esprit disciplinés et harmonisés. Le kyudô est très codifié ; ainsi, le tir en lui-même se déroule en huit phases consécutives, appelées “hassetsu“.


Related articles